General

Ecole Des milliers de personnes se retrouvent sur des groupes Fb de travail au noir: pourquoi? Que risquent-elles?

Ecole Des milliers de personnes se retrouvent sur des groupes Fb de travail au noir: pourquoi? Que risquent-elles?

ecole These add-ons are Here’s one suave .

Le travail au noir a toujours existé et existera toujours, dans toutes les régions du monde. Cette manne d’argent qui échappe à l’impôt et donc aux funds publiques, pose problème aux autorités. En Belgique, elles ont trouvé plusieurs parades pour endiguer le phénomène, comme la baisse de la TVA (21% -> 6%) sur les travaux de rénovation dans les maisons qui ne sont pas nouvelles.Mais ça ne suffit pas. Certains préfèrent toujours avoir recours au travail non déclaré, surtout lorsque c’est de manière occasionnelle. Et si auparavant, c’était by technique of le bouche à oreille local, le travail au noir a trouvé un nouveau terrain de jeux (dangereux): Fb.Sur le plus broad réseau social du monde, il existe plusieurs groupes qui ne cachent pas leur objet: rassembler ceux qui cherchent et ceux qui proposent du travail au noir. “Est-ce que c’est customary d’ouvrir une page pour promouvoir le travail en noir ? Cette page Fb porte bien ce nom. Il n’y a aucun contrôle ? Je affirm qu’ils prennent de la foremost d’oeuvre sous payée (si elle a la likelihood d’être vraiment payée)”, nous a écrit Clara by technique of le bouton orange Alertez-nous, joignant une copie d’écran:En quelques minutes, nous constatons l’existence de plusieurs groupes et pages sur Fb, avec des noms aussi évocateurs que “Travail en noir à Belgique”. Sur deux groupes du genre, on aperçoit 33.000 et 15.000 membres.Nous avons rencontré une des membres de ces groupes, Véronique. Et nous avons demandé aux autorités ce qu’elles faisaient pour lutter contre ce phénomène.> Il existe des selections légales pour des “petits boulots”, même pour les chômeurs: présentation de ListMinutUne chômeuse qui ne trouve pas de solution stableNous avons donc rencontré Véronique, 48 ans. Demandeuse d’emploi, au chômage, elle habite la région de Charleroi. Elle ne s’en cache nullement: malgré ses indemnités, elle cherche et suggest du travail en noir by technique of le réseau social le plus populaire au monde (et en Belgique).”Je gagne 1.300 euros par mois. Comme je suis en procédure de règlement de dettes, je ne touche que 1.145 euros. J’ai un loyer de 260 euros, et une adolescente à la maison une semaine sur deux. A la fin du mois, quand tout va bien, il me reste entre 100 et 150 euros par mois”.Véronique a déjà effectué de nombreux petits boulots, mais elle a “des problèmes de santé, de dos” qui l’empêchent parfois de travailler tous les jours. “Je suis reconnue à l’Aviq (Administration centrale Agence pour une Vie de Qualité)”, nous dit-elle. A ce titre, elle a fait un stage, “du travail à la chaîne dans un atelier protégé, tous des fous, ils devaient faire des trous dans des intercalaires toute la journée. Les gens me regardaient bizarrement, et la sonnerie pour la end, c’est la sonnerie de l’école. Une semaine, c’était très, très prolonged”.En bref, elle ne parvient pas à trouver un travail stable qui lui convient, et reste donc au chômage.”Pour avoir plus facile, pour faire plaisir à ma fille”Mais avec 1.145 euros par mois pour se loger et vivre avec une adolescente, c’est souvent compliqué. Véronique cherche donc, en complément, des petits boulots. Et dans ce cas-là, le plus évident, c’est de faire du noir. “Sur Fb, j’ai créé un groupe, en 2012, pour proposer des petits travaux dans la région de Charleroi”. Un groupe privé (il faut demander pour devenir membre) qui rassemble quelques centaines de personnes, et sur lequel elle suggest du “jardinage ou autre”, laissant même son numéro de téléphone privé et dissimulant à moitié son identité :Cet argent supplémentaire, ça n’est pas pour survivre, “c’est pour avoir plus facile, pour faire plaisir à ma fille. Elle a 13 ans, elle a besoin d’activités. Et puis pour me faire plaisir à moi-même, aussi”, reconnait-elle.Véronique n’a pas de travail, d’horaire ni de tarif précis. “Au début, c’était pour garder le chien d’une voisine”. Puis elle a fait des pelouses, et a fini par s’équiper d’une bonne tondeuse. “Si c’est la grande propriété d’un gros bourg’, on va taper du 25 euros de l’heure. Si c’est une personne âgée qui n’a pas beaucoup de moyens, ça peut être 10 euros de l’heure”. Elle n’a pas de travail fixe, “à portion une grande pelouse depuis 4 ans, tous les 15 jours”.Les risques ? “On ne vit pas sans la peur”Véronique semble à moitié consciente des risques qu’elle encourt à travailler en noir tout en touchant des indemnités de chômage. “Bah, je ne suis pas la seule, quand je vois les milliers de membres des groupes Fb ‘travail en noir’… Si je dois avoir peur les autres aussi. Mais bon, on ne vit pas sans la peur. Si on a toujours peur, on ne vit plus”.Les risques sont pourtant bien réels, et ils sont conséquents. C’est au cas par cas, mais une personne qui travaille au noir risque des sanctions bien plus sévères en cas de cumul avec des indemnités de chômage: au niveau de l’ONEM, il s’agit du remboursement des allocations sociales qu’elle a touchées sans en avoir european le droit, et de l’exclusion des allocations chômage pendant une durée déterminée (26 à 52 semaines) ou définitivement. Ce n’est pas tout: le travailleur s’expose également à une sanction pénale ou administrative par le paiement d’une amende automobile il a fourni de fausses déclarations d’inactivité dans le but de conserver des avantages sociaux. La penal advanced est donc théoriquement imaginable, bien que très peu ability vu leur saturation. Des sanctions qui s’alourdissent en cas de récidive.Malgré tout, Véronique préfère prendre ce risque plutôt que de se dire: “Je reste chez moi, j’attends le chômage et je ne fous plus rien”.Quant aux autres risques, ceux de tomber sur des personnes malintentionnées ou malhonnêtes, ça ne l’effraie pas davantage. “Je n’ai jamais european de mauvaise histoire. Et quand j’ai un nouveau consumer, la première fois, j’y vais toujours avec un collègue, un ami. Jusqu’à présent, je n’ai jamais european d’ennuis”.  Véronique connait l’existence de ListMinut, que nous évoquons en détail dans cet article, mais elle n’en garde pas un très bon memento: “J’ai été bannie automobile j’ai donné mes coordonnées directement à la personne”.Des thousands and thousands d’euros d’argent public perdusLes institutions belges sont au courant du problème. Il faut dire que le travail en noir représente entre 3,6% et 20% du PIB (entire des richesses produites en Belgique). Des estimations difficiles à réaliser, et qui varie fortement selon la Banque Nationale de Belgique, l’Union européenne et le Fonds monétaire global, comme le faisait remarquer La Libre Belgique dans un file récent accessible gratuitement en ligne automobile soutenu par le Fonds pour le journalisme. Ce qui est sûr, c’est que le travail en noir représente des dizaines ou des centaines de thousands and thousands d’euros de manque à gagner d’argent public tous les ans ; celui qui sert, rappelons-le, à payer les fonctionnaires, les enseignants, les hôpitaux, les infirmières, les routes, and many others…Damien Delatour est le directeur général de l’inspection du travail. “C’est un phénomène, à ma connaissance, assez nouveau, dont l’inspection du travail et le service d’data et de recherche sociale (SIRS) ont été informés assez récemment. C’est assez interpellant que ce form de phénomène se produise, que des gens osent faire la promotion de manière ouverte, du travail au noir, qui rappelons-le quand même, est quelque selected d’illégal, de moralement répréhensible et pénalement sanctionné”.Sur rotten de dénonciationsUne méthodologie se met en placeCe phénomène, “on est occupé à le prendre à bras le corps mais c’est vrai qu’on n’a pas encore beaucoup d’expérience. On est en pronounce de développer une méthodologie pour prendre en compte ce form de fraude. Il y a des contrôles. C’est évident que si on parvient à déterminer, et c’est ce qu’on essaie de faire, les propriétaires, les customers potentiels, les employeurs potentiels, les travailleurs potentiels, les chantiers et les lieux où le travail au noir serait effectué, alors on lancera des contrôles”.Damien Delatour se rend compte que la tâche s’annonce compliquée. “Derrière des comptes Fb, il y a parfois de l’anonymat, on n’est pas toujours obligé de donner son nom. On doit recouper des données”, nous dit-il.Pour l’prompt, il n’y a pas de veille, c’est-à-dire de surveillance des réseaux sociaux. “C’est lié à des dénonciations, qui sont déjà arrivées à plusieurs reprises by technique of le level pour la concurrence loyale du SIRS (Provider d’Information et de Recherche Sociale), ou by technique of une plainte directement à l’inspection du travail”.Quant aux sanctions, le directeur de l’inspection du travail confirme qu’elles sont potentiellement lourdes. “Pour l’employeur, c’est de 6 mois à 3 ans de penal advanced, de 4.800 à 48.000 euros d’amende, le tout étant multiplié par le nombre de travailleurs concernés. Pour le travailleur, s’il est bénéficiaire d’allocations de chômage ou de maladie-invalidité, il va perdre ces allocations et devra rembourser ce qu’il a indûment perçu, sans compter les sanctions fiscales” et pénales.

My grandpa says this plugin is extremely trim!!

La suite…

Related posts

Ecole Reprise scolaire : Voici les recommandations de Ford pour emmener les enfants à l’école en toute sécurité

enigmesghisdiem

Ecole Les écoles secondaires rouvriront totalement fin mai aux Can pay-Bas moyennant des auto-assessments

enigmesghisdiem

Ecole Union socialiste des forces populaires: Fee du programme électoral – Pôle Economique

enigmesghisdiem